Un petit émetteur à modulation d'amplitude (PO-GO)


Cet émetteur expérimental inspiré de plusieurs schémas diffuse dans la bande des PO (de 500 kHz à 1,5 mHz) ou des GO. (de 160 kHz à 280 kHz)
Grâce à son étage amplificateur HF (un tube EL84), je capte mes propres émissions... jusque dans mon jardin!

Fort de cette "puissance", j'écoute haut et clair mes vieux récepteurs sans être incommodé par la crécelle des parasites industriels qui polluent notre environnement.

Une sortie HF (embase BNC) précède l'étage amplificateur. Elle permet une "liaison directe" à la prise antenne d'un récepteur par le moyen d'une antenne fictive ou d'un câble coaxial. Le tube EL84 devenu inutile est dans ce cas mis hors circuit.

L'appareil fonctionne parfaitement en petites ondes.
Dans la gamme des grandes ondes, le résultat est plus moyen. (puissance moindre, fréquences harmoniques... qu'on retrouve en P.O ! ! ! ) Le rendu est bien meilleur en utilisant la "liaison directe" évoquée plus haut.  Impédance d'antenne inadaptée...

Voici quelques aspects de ma petite réalisation terminée après maintes expérimentations et modifications diverses...

Depuis, j'ai "greffé" à l'appareil un petit module récepteur à modulation de fréquence. Il permet de ré-émettre en P.O. ou G.O une émission reçue en FM sans avoir le moindre branchement à faire!
Voir  ici  
(en bas de page) ce "perfectionnement" bien pratique...


LE SCHEMA : (Cliquez sur l'image pour l'afficher en HR dans un nouvel onglet.)

Le transfo d'alimentation provient de l'épave d'un récepteur Philips des années 50. L'enroulement "40V" assurait le chauffage d'un tube UL84, intervenant dans un étage de sortie complexe. Il est maintenant employé à la polarisation du tube EL84 amplificateur HF.
La HT qui alimente les tubes EF80 et ECF80 s'élève à 215V environ. Celle du tube EL84 atteint à peine 270 V.
Un transfo assurant une HT de 300 volts efficaces à ce dernier aurait été préférable...
Voir ici la liste des composants. (format pdf)

Sources:
L'Encyclopédie Pratique de la Radio de Serge Logez et Daniel Maignan
La page Web de F6FKN: "Emetteur petites ondes"
La page Web de Michel Terrier: "Ampli HF linéaire"

 

LE PLAN DE CABLAGE : (Cliquez sur l'image pour l'afficher en HR dans un nouvel onglet)

La plaquette CI est le support des composants nécessaires à la polarisation du tube EL84.
A cause du changement des caractéristiques de l'onde HF générée (en fonction de la gamme d'onde et de la fréquence) , une polarisation automatique donnait des résultats décevants. Ce CI a été préféré au montage traditionnel à cosses relais pour pallier le manque de place disponible. Le bouton de réglage de cette polarisation "fixe" se trouve de ce fait relégué sur le côté gauche de l'appareil...
La tension négative de polarisation impose donc la connexion à la masse du pôle "+" des deux condensateurs électrochimiques C17 et C19.

Pour gagner en place, les composants de chaque étage sont en majorité soudés verticalement aux broches des supports de tubes.

 

VISITE SOUS LE CHASSIS: (Survolez les repères pour afficher les commentaires)

La disposition des éléments est, par la force des choses, liée à l'espace disponible, à la forme du châssis, à la disposition des supports de tubes, à l'emplacement du transfo d'alimentation...

Chaque étage est soigneusement cloisonné et isolé par un blindage et tôle d'acier.

Les liaisons aux connecteurs (douille banane pour la sortie antenne, embase BNC pour la sortie HF non amplifiée, embase RCA pour l'entrée audio) sont réalisées en câble coaxial.

 

SURVOL DU CHASSIS: (Survolez les repères pour afficher les commentaires)

Des modifications, transformations et adaptations nombreuses ont été nécessaires afin que tous les composants arrivent enfin à trouver, au dessus comme au dessous du châssis, leur meilleure place...
En fin de compte, l'espace est occupé de façon relativement cohérente et équilibrée.

La roue du CV transmet sa rotation  à une poulie à gorge solidaire de l'aiguille indicatrice des fréquences. Le diamètre de cette poulie étant  presque la moitié de celui de la roue, l'aiguille parcourt presque un tour complet du cadran! La précision de lecture s'en trouve de ce fait améliorée.

 

D'AUTRES PHOTOS :

Le bobinage de la self des PO s'achève: cent tours de fil émaillé de 18/100 avec une prise médiane à 25 tours.
Il est réalisé sur un mandrin en carton de 28 mm de diamètre. (Je n'ai pas trouvé de tube en PVC de ce diamètre.)

On aperçoit sur le fil des perles minuscules. Ce sont des gouttelettes d'huile fine entraînées avec lui lors de son passage dans un mince tuyau en silicone.
L'huile facilite le glissement du fil sur les guides et son placement en spires parfaitement ordonnées et jointives.

Une fois le bobinage terminé, le lubrifiant en excès sera essuyé.

La self sera fixée au châssis au moyen d'un petit boulon en laiton solidaire d'une épaisse rondelle en liège collée à l'intérieur du tube.

Les cosses proviennent d'anciens condensateurs électrochimiques axiaux. Les oeillets sont également issus de la récupération...

Voici les selfs GO et PO en place. (L1 et L2)

Le bobinage GO est en nid d'abeille. 295 tours de fil émaillé 18/100 sur un mandrin en carton de 28 mm de diamètre avec une prise médiane à 98 tours.

Sa réalisation est de piètre qualité. (pas de bobineuse adéquate! ) l'enroulement est immobilisé par une bande protectrice en papier et noyé de cire HF.

Les blindages protègent les selfs des rayonnements "parasites" éventuels.

L'enveloppe du condensateur de filtrage recèle en réalité deux électrochimiques neufs. (C22 et C23)

Le câble d'alimentation secteur comporte un fil de terre relié à la masse du châssis.

L'axe du potentiomètre (R25) de polarisation du tube EL84 est pourvu ici d'un bouton provisoire. Il sera muni d'un prolongateur permettant un réglage aisé lorsque le châssis aura trouvé sa place dans le coffret.

Le blindage est complété par un plaque en tôle fixée sous le châssis.
Cette tôle est une récupération: Cela explique la présence de trous qui n'ont ici aucune utilité.

Le coffret est en contre-plaqué de 8 mm.

Afin que les trous d'aération soient percés régulièrement, sans arrachage du bois, j'ai enserré la planche entre deux autres planches "sacrificielles" en les clouant ensemble.
Puis j'ai collé par dessus un gabarit en papier tracé "vite fait" à l'ordinateur.
Un foret bien tranchant a participé à la réussite de la tâche...

Les ouvertures du fond sont réalisées à la scie-cloche et l'aération inférieure à la scie sauteuse.

Les deux cales aident au bon positionnement du châssis.

Le perçage latéral (sortie du potentiomètre de polarisation côté gauche) ne sera fait qu'après un repérage précis de l'endroit, avec le châssis en place.

Voici un gros plan du bouton de polarisation.

Le meilleur rendu (à l'oreille) du tube EL84 s'effectue avec un réglage autour de -12 à -16 volts. Un ajustage est nécessaire en fonction de la gamme d'onde utilisée.

Le disque gradué est un bristol que recouvre un plastique adhésif transparent. Ce bristol est collé sur une tôle mince du même diamètre.
L'ensemble est fixé au châssis au moyen de deux petits clous invisibles sous le bouton.

Cet interrupteur coupe le chauffage du tube EL84 devenu inutile dans le cas où l'appareil est utilisé en "liaison directe."
Economie d'énergie oblige!
(Solution simple à défaut d'être élégante car la HT reste connectée!)

Ce bouton est accessible par l'une des ouvertures circulaires de l'arrière du coffret.


Les deux LED ont une double fonction.
- Voyant de mise sous tension.
- Témoin de la gamme d'onde active.

Commandées par le commutateur PO-GO, elles sont connectées au circuit de chauffage par l'intermédiaire d'une simple résistance de 100 ohms. (R29)

Le cercle du cadran est taillé à la scie sauteuse dans une tôle d'acier de 8/10 de mm.
Il est ensuite ébarbé et poli à la lime (finition à la laine d'acier) puis protégé de l'oxydation par une couche de vernis en spray.
Quatre petits boulons en laiton de 2 mm le fixent au châssis avec la vitre protectrice en "plexiglas" découpée -elle aussi- à la scie sauteuse.

Un petit truc: Avant de scier  le "plexiglas" je dépose un petit cordon d'huile sur le tracé. L a lubrification empêche la fonte du plastique au passage de la scie, évitant ainsi l'engorgement de la ligne de coupe.

 

Le module récepteur FM

Il reste peu d'émissions en modulation d'amplitude... Allouis, pour nous pauvres radiophiles, est muet depuis le 1er janvier 2017...
D'autre part, j'ai toujours rechigné à me lever la nuit pour capter les stations étrangères des Petites Ondes et des Ondes Courtes...fussent-elles assez puissantes pour couvrir les parasites!
Avant, je devais donc, aux heures diurnes, brancher une source extérieure
(un gros poste FM  et son câble de liaison) à l'entrée modulation RCA de mon émetteur... Fastidieux, à la longue!... Alors souvent, je ne le faisais pas!
Mais c'était avant !...   Un beau jour
( ou peut-être une nuit?  ) je décidai d'adjoindre à mon émetteur un mini récepteur FM... 
Et depuis, mon bricolage est toujours "prêt à l'emploi!" De par ce simple fait, il est bien plus souvent utilisé !


<\/p>


L'électronique.

Le circuit imprimé (à gauche du HP) provient d'un mini transistor FM/GO récupéré dans une brocante. J'ai supprimé le système de démultiplication de la rotation du CV (dépendant de son boîtier fracturé), le bobinage GO et sa ferrite ainsi que le commutateur de changement d'ondes devenus inutiles.
Mais j'ai gardé toute la partie BF. Avec le HP, elle joue le rôle de contrôle audio.
L'alimentation (à droite du HP) est issue d'un chargeur de téléphone. Elle délivre 600 mA sous 5,2 volts parfaitement filtrés et convient très bien à la platine alimentée à l'origine par 4 piles LR6.
Le tout forme un ensemble compact fixé sur une plaquette de Plexiglas.

Les deux fils verts munis de mini fiches isolées assurent l'arrivée secteur 230 volts. Ils sont (évidemment) connectés au chargeur...
Le fil torsadé (noir-rouge, en haut) transmet le courant continu 5 volts de l'alim à la platine FM.
Le câble blindé noir muni d'une fiche Jack 3 mm est connecté au point chaud du potentiomètre de volume; son blindage est relié à la masse.
Le fil noir (à gauche) est celui de l'antenne.

Tous ces câbles sont maintenus immobiles grâce à des attaches fixées à la platine. ( médaillon.)
Deux petits trous y ont été spécialement percés pour cela.
On devine aisément l'avantage que présente cette précaution.



Voici une vue du raccordement du module FM à l'émetteur.

Les branchements se font sous le châssis après avoir déposé la trappe d'aération.
Du côté de l'émetteur, le 230 V alternatif est prélevé juste après le fusible secteur.
Le signal audio (fiches Jack) alimente l'Entrée Modulation RCA.

Une petite étiquette est là pour rappeler la présence de la tension secteur dans les fils d'alimentation.


Le boîtier.

Une petite coque en CTP contient et protège l'électronique.
Elle est fixée sur un flanc de l'émetteur par deux vis en tige filetée 3 mm.

L'antenne de réception FM est fixée au coffret de l'émetteur.

Le bouton de gauche est l'inter du module FM. c'est aussi la commande de volume, réglée a priori au minimum sauf s'il y a lieu de contrôler la réception FM.

Le bouton de droite est celui de la recherche des stations FM. Il a été pourvu d'un petit cadran gradué de 0 à 180 degrés.
Il n'a d'autre ambition que de donner une idée du positionnement du CV, par rapport à ses états "Ouvert" ou "Fermé" dans son demi-tour de rotation.

 

En guise de conclusion.

Avec ce petit émetteur doté d'une source audio immédiatement opérante, j'ai maintenant un outil qui me permet de recevoir en PO ou GO sur mes vieux postes de TSF une émission puissante et de très bonne qualité.
Il aurait fallu, pour bien faire, intégrer ce module dès la construction de l'émetteur. J'aurais ainsi évité cette "greffe" peu gracieuse qui m'a demandé un peu de temps et de travail.

J'aurais pu aussi profiter du module FM5 de Radiofil. Vu sa petite taille, son intégration rapide au coffret existant aurait été des plus faciles. Il aurait par contre fallu ajouter pour lui un petit CV.

 

Remonter en haut de page...

 

Valid HTML 4.0 Transitional